CPES2 exposés 2017-2018

PLANNING DES EXPOSÉS ORAUX DU TROISIEME SEMESTRE

Jeudi 28/11/2017 :

  • Espérance Garçonnat : Mon choix me rend-il libre ? (Les choses de la vie)
  • Sabrina Onana : L’homme est-un prisonnier dans une cage ? (Kaos)
  • Hala Habach : Faut-il oublier notre passé pour être libre ? (Only lovers left alive)
  • Amélie Zimmermann : Quelle identité sans mémoire ? (Memento)
  • Mélanie Vidalenc : Est-ce l’intention qui compte ? (Nocturama)
  • Emma Duffaud : Raconter des histoires, est-ce mentir ? (La vie est belle)
  • Avrile Le Poignant-Le Goff : Quel plaisir a-t-on à regarder un film d’horreur ? (Conjuring 2)
  • Axelle Guilloteau : Les mêmes actions ont-elles la même valeur selon l’individu qui les réalise ? (Mulan)

Jeudi 5 décembre 2017 :

  • Claire Scordel : Le plaisir des sens et la profondeur intellectuelle sont-ils conciliables ? (Les ailes du désir)
  • Eloi Guibert : Peut-on apprécier la vie si on n’a pas envisagé la mort ? (Le goût de la cerise)
  • Elisa Gozal : Faut-il réformer ses pensées plutôt que l’ordre du monde ? (Rick & Morty)
  • Marina Angelini : Peut-on réellement dire que l’on appartient à un pays? (Va, vis et deviens)
  • Volodia Kaminka : La justice est-elle une valeur universelle ? (Le Parrain)
  • Viktor Bernard : Qui peut tuer un criminel ? (Le grand silence)
  • Auriane Landon : L’homme peut-il juger d’une façon impartiale ? (12 hommes en colère)
  • Anama Kotlarevsky : Le silence est-il préférable ? (Persona)

CONSIGNES :

En vous appuyant sur un support cinématographique de votre choix,

  • formulez un problème philosophique clair
  • proposez une résolution argumentée
  • le problème et/ou la résolution s’appuiera sur l’analyse d’un extrait court (<3 minutes)
  • l’exposé pourra prendre la forme d’un diaporama succinct qui reprendra quelques idées-clés et sera commenté d’une façon plus précise.
  • durée totale : < 10 minutes
  • Quelques questions pourront être posées à l’issue de l’exposé.

CRITÈRES D’ÉVALUATION :

Problématiser Conceptualiser Argumenter Analyser

Un bonus sera attribué en fonction de l’originalité du support choisi et de son articulation avec un problème qui ne soit pas trop prévisible.

Lewis : Comment existe-t-on dans le temps ?

Citation

spacetimeworm

Dire qu’une chose persiste si et seulement si, d’une manière ou d’une autre, elle existe à plusieurs moments du temps ; c’est le terme neutre.

Une chose perdure si et seulement si elle persiste en ayant différentes parties temporelles ou phases, à différents moments, bien qu’aucune de ses parties ne soit entièrement présente à plus d’un moment ; tandis qu’elle endure si et seulement si elle persiste en étant entièrement présente à plus d’un moment.

La perdurance correspond à la façon dont une route persiste dans l’espace en ayant une partie ici, une autre là, et aucune entièrement présente à deux endroits à la fois.

L’endurance correspond à la façon dont un universel, si tant est qu’il y en ait, serait entièrement présent là où et au moment où il est instancié.

David LEWIS, De la pluralité des mondes (1986), pp.309-310

Wittgenstein : Peut-on définir ce qu’est un jeu ?

§66. Considère par exemple les processus que nous nommons “jeux”. Je veux dire les jeux de pions, les jeux de cartes, les jeux de balle, les jeux de combat, etc. Qu’ont-ils tous de commun ?  — Ne dis pas : « Il doit y avoir quelque chose de commun à tous, sans quoi ils ne s’appelleraient pas des “jeux” » — mais regarde s’il y a quelque chose de commun à tous. — Car si tu le fais, tu ne verras rien de commun à tous, mais tu verras des ressemblances, des parentés, et tu en verras toute une série. Comme je viens de le dire : ne pense pas, regarde plutôt ! — Regarde les jeux de pions par exemple, et leurs divers types de parentés. Passe ensuite aux jeux de cartes ; tu trouveras bien des correspondances entre eux et les jeux de la première catégorie, mais tu verras aussi que de nombreux traits communs aux premiers disparaissent, tandis que d’autres apparaissent. Si nous passons ensuite aux jeux de balle, ils ont encore beaucoup de choses en commun avec les précédents, mais beaucoup d’autres se perdent. — Sont-ils tous “divertissants” ? Compare le jeu d’échecs au jeu de moulin. Y a-t-il toujours un vainqueur et un vaincu, ou les joueurs y sont-ils toujours en compétition ? Pense aux jeux de patience. Aux jeux de balle, on gagne ou on perd ; mais quand un enfant lance une balle contre un mur et la rattrape ensuite, ce trait du jeu a disparu. Regarde le rôle que jouent l’habileté et la chance ; et la différence entre l’habileté aux échecs et l’habileté au tennis. Prends maintenant les rondes ; l’élément du “divertissement” y est présent, mais bien d’autres caractéristiques ont disparu ! Et nous pouvons, en parcourant ainsi de multiples autres groupes de jeux, voir apparaître et disparaître des ressemblances.

Et le résultat de cet examen est que nous voyons un réseau complexe de ressemblances qui se chevauchent et s’entrecroisent. Des ressemblances à grande et à petite échelle.

§67.  Je ne saurais mieux caractériser ces ressemblances que par l’expression d’ “air de famille” ; car c’est de cette façon-là que les différentes ressemblances existant entre les membres d’une même famille (taille, traits du visage, couleur des yeux, démarche, tempérament, etc.) se chevauchent et s’entrecroisent. – Je dirai donc que les “jeux” forment une famille. (…)

WITTGENSTEIN, Recherches philosophiques (1953), §§66-67

Wittgenstein : Peut-on comprendre le langage avant de l’utiliser ?

Citation

§1.

« Quand ils [les adultes] nommaient une certaine chose et qu’ils se tournaient, grâce au son articulé, vers elle, je le percevais et je comprenais qu’à cette chose correspondaient les sons qu’ils faisaient entendre quand ils voulaient la montrer [ostendere]. Leurs volontés m’étaient révélées par les gestes du corps, par ce langage naturel à tous les peuples que traduisent l’expression du visage, le jeu du regard, les mouvements des membres et le son de la voix, et qui manifeste les affections de l’âme lorsqu’elle désire, possède, rejette, ou fuit quelque chose. C’est ainsi qu’en entendant les mots prononcés à leur place dans différentes phrases, j’ai peu à peu appris à comprendre de quelles choses ils étaient les signes ; puis une fois ma bouche habituée à former ces signes, je me suis servi d’eux pour exprimer mes propres volontés.  »

[Augustin, Les Confessions, I, 8]

Ce qui est dit là nous donne, me semble-t-il, une certaine image de l’essence du langage humain, qui est la suivante : Les mots du langage dénomment des objets – les phrases sont des combinaisons de telles dénominations. — C’est dans cette image du langage que se trouve la source de l’idée que chaque mot a une signification. Cette signification est corrélée au mot. Elle est l’objet dont le mot tient lieu.

Augustin ne parle pas d’une différence entre catégories de mots. Qui décrit ainsi l’enseignement du langage pense d’abord, me semble-t-il, à des substantifs comme “table”, “chaise”, “pain” et aux noms propres, ensuite seulement aux noms de certaines activités et propriétés, et enfin aux autres catégories de mots comme à quelque chose qui finira bien par se trouver.

Représente-toi l’usage suivant du langage : J’envoie quelqu’un faire des courses. Je lui donne une feuille de papier où se trouvent inscrits les signes « cinq pommes rouges ». Il porte cette feuille au marchand. Celui-ci ouvre le tiroir sur lequel est inscrit le signe “pommes”, puis il cherche dans un tableau  le mot “rouge”, qu’il trouve en face d’un échantillon de couleur. Après quoi il énonce la suite des noms de nombres jusqu’à “cinq” – je suppose qu’il la connaît par cœur —, et à l’énoncé de chaque nombre, il prend dans le tiroir une pomme de la couleur de l’échantillon. — C’est ainsi, ou de façon analogue, qu’on opère avec les mots. — « Mais comment sait-il où chercher le mot “rouge” et la façon de le faire, et comment sait-il ce qu’il doit faire du mot “cinq” ? » — Je suppose qu’il agit comme je viens de le décrire. Les explications ont bien quelque part un terme. — Mais quelle est la signification du mot “cinq” ? — Ici, il n’était question de rien de tel, mais seulement de la manière dont “cinq” est employé.

WITTGENSTEIN, Recherches philosophiques (1953), §1

Etude philosophique de la série “The Leftovers”

Planning des interventions :

Jeudi 23 mars 2017

  • LACROIX Ninon, MONGENIE Ayrton : La frontière entre fiction et réalité
  • ANTOINE Salomé : L’image du cerf dans la série
  • DUVAL Clément : La figure du bouc-émissaire
  • COUTARD Paul : Approuver ou désapprouver la violence ?
  • BERGEROT Clémence : Faut-il tuer pour réguler ?
  • HUMBERT Heloise : Le refoulement chez Kevin Garvey
  • EZVAN Emma : Faut-il dénoncer les mauvaises actions des disparus ?

Jeudi 30 mars 2017

  • MATET Célie : Comment gérer l’oubli ?
  • MONNERY Alice : Présence des absents & absence des présents
  • URIBE Daniel : Recréer les corps de nos proches ?
  • LBAKHAR Imane, PONS Daphné : L’esprit humain peut-il tout expliquer?
  • SAINT-CAST Suzanne : Comment garder la foi ?
  • MATUSZEWSKI Léonie : Jusqu’où rester fidèle à ses principes ?
  • MEYER Apolline : Comment concilier sa foi et ses relations avec les autres ?