CPES2 exposés 2017-2018

PLANNING DES EXPOSÉS ORAUX DU TROISIEME SEMESTRE

Jeudi 28/11/2017 :

  • Espérance Garçonnat : Mon choix me rend-il libre ? (Les choses de la vie)
  • Sabrina Onana : L’homme est-un prisonnier dans une cage ? (Kaos)
  • Hala Habach : Faut-il oublier notre passé pour être libre ? (Only lovers left alive)
  • Amélie Zimmermann : Quelle identité sans mémoire ? (Memento)
  • Mélanie Vidalenc : Est-ce l’intention qui compte ? (Nocturama)
  • Emma Duffaud : Raconter des histoires, est-ce mentir ? (La vie est belle)
  • Avrile Le Poignant-Le Goff : Quel plaisir a-t-on à regarder un film d’horreur ? (Conjuring 2)
  • Axelle Guilloteau : Les mêmes actions ont-elles la même valeur selon l’individu qui les réalise ? (Mulan)

Jeudi 5 décembre 2017 :

  • Claire Scordel : Le plaisir des sens et la profondeur intellectuelle sont-ils conciliables ? (Les ailes du désir)
  • Eloi Guibert : Peut-on apprécier la vie si on n’a pas envisagé la mort ? (Le goût de la cerise)
  • Elisa Gozal : Faut-il réformer ses pensées plutôt que l’ordre du monde ? (Rick & Morty)
  • Marina Angelini : Peut-on réellement dire que l’on appartient à un pays? (Va, vis et deviens)
  • Volodia Kaminka : La justice est-elle une valeur universelle ? (Le Parrain)
  • Viktor Bernard : Qui peut tuer un criminel ? (Le grand silence)
  • Auriane Landon : L’homme peut-il juger d’une façon impartiale ? (12 hommes en colère)
  • Anama Kotlarevsky : Le silence est-il préférable ? (Persona)

CONSIGNES :

En vous appuyant sur un support cinématographique de votre choix,

  • formulez un problème philosophique clair
  • proposez une résolution argumentée
  • le problème et/ou la résolution s’appuiera sur l’analyse d’un extrait court (<3 minutes)
  • l’exposé pourra prendre la forme d’un diaporama succinct qui reprendra quelques idées-clés et sera commenté d’une façon plus précise.
  • durée totale : < 10 minutes
  • Quelques questions pourront être posées à l’issue de l’exposé.

CRITÈRES D’ÉVALUATION :

Problématiser Conceptualiser Argumenter Analyser

Un bonus sera attribué en fonction de l’originalité du support choisi et de son articulation avec un problème qui ne soit pas trop prévisible.

Rousseau : La musique est-elle comparable avec la peinture ?

Citation

On voit par-là que la peintre est plus près de la nature, et que la musique tient plus à l’art humain. On sent aussi que l’une intéresse plus que l’autre, précisément parce qu’elle rapproche plus l’homme de l’homme et nous donne toujours quelque idée de nos semblables. La peinture est souvent morte et inanimée ; elles vous peut transporter au fond d’un désert : mais sitôt que des signes vocaux frappent votre oreille, ils vous annoncent un être semblable à vous ; ils sont, pour ainsi dire, les organes de l’âme ; et s’ils vous peignent aussi la solitude, ils vous disent que vous n’y êtes pas seul. Les oiseaux sifflent, l’homme seul chante ; et l’on ne peut entendre ni chant, ni symphonie, sans se dire à l’instant, Un autre être sensible est ici.

C’est un des grands avantages du musicien, de pouvoir peindre les choses qu’on ne saurait entendre, tandis qu’il est impossible au peintre de représenter celles qu’on ne saurait voir ; et le plus grand prodige d’un art qui n’agit que par le mouvement est d’en pouvoir former jusqu’à l’image du repos. Le sommeil, le calme de la nuit, la solitude et le silence même, entrent dans les tableaux de la musique. On sait que le bruit peut produire l’effet du silence, et le silence l’effet du bruit, comme quand on s’endort à une lecture égale et monotone, et qu’on s’éveille à l’instant qu’elle cesse. Mais la musique agit plus intimement sur nous, en excitant par un sens des affections semblables à celles qu’on peut exciter par un autre ; et comme le rapport ne peut être sensible que l’impression ne soit forte, la peinture, dénuée de cette force, ne peut rendre à la musique les imitations que celle-ci tire d’elle. Que toute la nature soit endormie, celui qui la contemple ne dort pas, et l’art du musicien consiste à substituer à l’image insensible de l’objet celle des mouvements que sa présence excite dans le cœur du contemplateur. Non-seulement il agitera la mer, animera la flammes d’un incendie, fera couler les ruisseaux, tomber la pluie et grossir les torrents ; mais il peindra l’horreur d’un désert affreux, rembrunira les murs d’une prison souterraine, calmera la tempête, rendra l’air tranquille et serein, et répandra de l’orchestre une fraîcheur nouvelle sur les bocages. Il ne représentera pas directement ces choses, mais il excitera dans l’âme les mêmes sentiments qu’on éprouve en les voyant.

Rousseau, Essai sur l’origine des langues (1755), XVI §7-8

Rousseau : La parole s’oppose-t-elle au chant ?

Citation

Avec les premières voix se formèrent les premières articulations ou les premiers sons, selon le genre de la passion qui dictait les uns ou les autres. La colère arrache des cris menaçants, que la langue et le palais articulent : mais la voix de la tendresse est plus douce, c’est la glotte qui la modifie, et cette voix devient un son ; seulement les accents en sont plus fréquents ou plus rares, les inflexions plus ou moins aiguës, selon le sentiment qui s’y joint. Ainsi la cadence et les sons naissent avec les syllabes : la passion fait parler tous les organes, et pare la voix de tout leur éclat ; ainsi les vers, les chants, la parole, ont une origine commune. Autour des fontaines dont j’ai parlé, les premiers discours furent les premières chansons : les retours périodiques et mesurés du rhythme, les inflexions mélodieuses des accents, firent naître la poésie et la musique avec la langue ; ou plutôt tout cela n’était que la langue même pour ces heureux climats et ces heureux temps, où les seuls besoins pressans qui demandaient le concours d’autrui étaient ceux que le cœur faisait naître.

Les premières histoires, les premières harangues, les premières lois, furent en vers ; la poésie fut trouvée avant la prose ; cela devait être, puisque les passions parlèrent avant la raison. Il en fut de même de la musique : il n’y eut point d’abord d’autre musique que la mélodie, ni d’autre mélodie que le son varié de la parole ; les accents formaient le chant, les quantités formaient la mesure, et l’on parlait autant par les sons et par le rythme que par les articulations et les voix. Dire et chanter étaient autrefois la même chose dit Strabon ; ce qui montre, ajoute-t-il, que la poésie est la source de l’éloquence . Il fallait dire que l’une et l’autre eurent la même source, et ne furent d’abord que la même chose.

Rousseau, Essai sur l’origine des langues (1755), XII §1-2