Nagel : Peut-on avoir un point de vue objectif ?

Thomas_Nagel_28cropped29

L’objectivité est une méthode de compréhension. Ce sont les croyances et les attitudes qui sont objectives au sens premier. Et c’est uniquement par dérivation que nous appelons objectives les vérités que l’on peut atteindre par cette méthode. Afin d’acquérir une compréhension plus objective de certains aspects de la vie ou du monde, nous nous écartons de notre vision du monde initiale et formons une nouvelle conception qui a pour objets cette vision et sa relation avec le monde. En d’autres termes, nous nous plaçons dans le monde qui doit être compris. Nous en venons alors  à considérer l’ancienne conception comme une apparence, plus subjective que la nouvelle, et qu’il est possible de modifier ou de corriger en se référant à cette dernière. Le processus peut être répété, produisant une conception encore plus objective. (…)

Même si je parlerai le plus souvent par commodité de deux points de vue, le subjectif et l’objectif, et si les différents domaines où l’on rencontre cette opposition ont de nombreux points communs, réalité la distinction entre les points de vue plus subjectifs et plus objectifs est une question de degré et elle recouvre un large spectre. Un point de vue ou une forme de pensée est d’autant plus objectif qu’il ne repose plus sur les spécificités de la constitution et de la place de l’individu dans le monde ou sur les caractéristiques du type particulier de créature qu’il est. Plus le domaine de types subjectifs auxquels on peut accéder par une forme de compréhension est large, moins il dépend de capacités subjectives spécifiques, plus il est objectif. Un point de vue objectif par comparaison avec la vision personnelle d’un individu, pourra être subjectif si on le compare à un point de vue théorique plus éloigné encore. Le point de vue de la moralité est plus objectif que celui de la vie privée, mais moins objectif que le point de vue de la physique. On pourrait envisager la réalité comme un ensemble de sphères concentriques qui se révèlent progressivement à mesure que nous nous détachons des contingences du moi. (…)

La limite de l’objectivité qui m’occupera surtout est celle qui découle directement du processus de détachement graduel par lequel on atteint l’objectivité. Un point de vue objectif se forme en laissant derrière lui une perspective plus subjective et individuelle ou simplement plus humaine, mais il y a des choses au sujet du monde, de la vie et de nous-mêmes que l’on ne peut pas comprendre de manière adéquate  d’un point de vue optimalement objectif, quelle que soit la capacité qu’il nous donne d’étendre notre compréhension du point d’où nous sommes partis. Une grande quantité de choses sont liées de manière essentielle à un point de vue particulier ou à un type  de point de vue et tenter de donner une analyse complète du monde en termes objectifs et détachés de ces perspectives conduit inévitablement à de fausses réductions ou au refus d’admettre la simple existence de certains phénomènes dont la réalité est évidente.

Thomas NAGEL, Le point de vue de nulle part (1986), introduction, pp.7-9, 12

Questions :

  • Quelle différence y a-t-il entre une compréhension subjective et une compréhension objective, selon Nagel ?
  • Pourquoi le point de vue de la physique est-il plus objectif que celui de la vie privée ?
  • Un point de vue objectif est-il toujours préférable à un point de vue subjectif ? Expliquez à l’aide d’un exemple.

Le texte au format pdf :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.