Alain : Avons-nous des raisons d’avoir des préjugés ?

Préjugé. Ce qui est jugé d’avance, c’est-à-dire avant qu’on se soit instruit. Le préjugé fait qu’on s’instruit mal. Le préjugé peut venir des passions ; la haine aime à préjuger mal ; il peut venir de l’orgueil, qui conseille de ne point changer d’avis ; ou bien de la coutume qui ramène toujours aux anciennes formules ; ou bien de la paresse, qui n’aime point chercher ni examiner. Mais le principal appui du préjugé est l’idée juste d’après laquelle il n’est point de vérité qui subsiste sans serment à soi ; d’où l’on vient à considérer toute opinion nouvelle comme une manoeuvre contre l’esprit. Le préjugé ainsi appuyé sur de nobles passions, c’est le fanatisme.

ALAIN, Définitions in Les Arts et les Dieux (1953), p. 1081

Questions de compréhension :

  • Alain propose d’abord 4 origines possibles du préjugé : quel est leur point commun ? Sommes-nous prêts à nous en passer ? Pourquoi ?
  • Quelle est cette “idée juste” sur laquelle repose aussi le préjugé ? Reformulez cette idée : en quoi peut-on la qualifier de “juste” ?
  • Comment une “noble passion” peut-elle se transformer en “fanatisme” ? Expliquez le raisonnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *