Platon : Sommes-nous naturellement justes ?

Glaucon raconte ici le mythe de Gygès :

Gygès le Lydien était un berger au service de celui qui régnait alors sur la Lydie. Après un gros orage et un tremblement de terre, le sol s’était fissuré et une crevasse s’était formée à l’endroit où il faisait paître son troupeau. Cette vue l’émerveilla et il y descendit pour voir, entre autres merveilles qu’on rapporte, un cheval d’airain creux, percé de petites ouvertures à travers lesquelles, ayant glissé la tête, il aperçut un cadavre, qui était apparemment celui d’un géant. Ce mort n’avait rien sur lui, si ce n’est un anneau d’or à la main, qu’il prit avant de remonter.

A l’occasion de la réunion coutumière des bergers, au cours de laquelle ils communiquaient au roi ce qui concernait le troupeau pour le mois courant, notre berger se présenta portant au doigt son anneau. Ayant pris place avec les autres, il tourna par hasard le chaton de l’anneau vers la paume de sa main. Cela s’était à peine produit qu’il devint invisible aux yeux de ceux qui étaient rassemblés autour de lui et qui se mirent à parler de lui, comme s’il avait quitté l’assemblée. Il en fut stupéfait et, manipulant l’anneau en sens inverse, il tourna le chaton vers l’extérieur : ce faisant, il redevint aussitôt visible. Prenant conscience de ce phénomène, il essaya de nouveau de manier l’anneau pour vérifier qu’il avait bien de pouvoir, et la chose se répéta de la même manière : s’il tournait le chaton vers l’intérieur, il devenait invisible ; s’il le tournait vers l’extérieur, il devenait visible. Fort de cette observation, il s’arrangea aussitôt pour faire partie des messagers délégués auprès du roi et parvenu au palais, il séduisit la reine. Avec sa complicité, il tua le roi et s’empara ce faisant du pouvoir.

Supposons à présent qu’il existe deux anneaux de ce genre, l’un au doigt du juste, l’autre au doigt de l’injuste : il n’y aurait personne, semble-t-il, d’assez résistant pour se maintenir dans la justice et avoir la force de ne pas attenter aux biens d’autrui et de ne pas y toucher, alors qu’il aurait le pouvoir de prendre impunément au marché ce dont il aurait envie, de pénétrer dans les maisons pour s’unir à qui lui plairait, et de tuer les uns, de libérer les autres de leurs chaînes selon son gré, et d’accomplir tout ce qu’il voudrait, à l’égal d’un dieu. S’il se comportait de la sorte, il ne ferait rien de différent de l’autre, et de fait les deux tendraient au même but. On pourrait alors affirmer qu’on tient là une preuve de poids que personne n’est juste de son plein gré, mais y étant contraint, compte tenu du fait qu’on ne l’est pas personnellement en vue d’un bien : partout, en effet, où chacun croit possible pour lui de commettre l’injustice, il le fait.

PLATON, République, II, 359d-360c

Questions de compréhension :

  • Résumez le mythe de Gygès : qui est-ce ? Que trouve-t-il ? Quel effet cela a-t-il sur lui ?
  • Pour Gygès, faut-il obéir à la loi volontairement ou par la contrainte ? Justifiez.
  • Selon ce mythe, serions-nous plutôt justes ou injustes, si aucune loi n’existait ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.